Pour qui ?

Troubles développementaux

Les troubles développementaux représentent l’ensemble des troubles illustrant un dysfonctionnement cérébral, et impactant sur le développement normal de certaines fonctions cognitives de l’enfant. Ils prennent leur origine dans les périodes gestationnelles, périnatales, et durant l’enfance.

Troubles spécifiques (troubles de type « dys », TDA/H)

Ce sont des enfants pour lesquels il est essentiel de distinguer ce qui relève du retard simple d’apprentissage et du trouble d’apprentissage (persistant, fortement handicapant au quotidien). Dans ce contexte, on suppose un « atypical brain development » (« développement atypique du cerveau ») pouvant expliquer les troubles. On parle de spécificité dans le sens où cela atteint un processus cognitif distinctif permettant l’apprentissage.

Dans cette famille de troubles spécifiques, on retrouve les troubles :

Maladies rares

Certaines pathologies neurologiques ou neurogénétiques ont pour conséquences d’avoir des perturbations cognitives pouvant handicaper le patient au quotidien. Dans ce contexte, il est essentiel d’effectuer un bilan neuropsychologique afin de reconnaître ces symptômes le plus rapidement possible, et de pouvoir élaborer un projet de soin adapté au patient et au contexte de sa pathologie.

Voici quelques pathologies pouvant être concernées par cette prise en charge :

Déficience intellectuelle

La déficience intellectuelle ou le retard mental prend son origine de causes qui peuvent être innées (anomalies chromosomiques par exemple) ou acquises (suites d’un traumatisme crânien par exemple). Le neuropsychologue évaluera l’efficience intellectuelle mais également l’environnement du patient, et son adaptation sociale et son autonomie au quotidien.

La déficience intellectuelle peut se retrouver dans différents contextes, tels que :

Troubles du Spectre Autistique (ou TSA)

Le terme de « spectre » autistique illustre bien la variété et la richesse des symptômes autistiques que l’on rencontre.

Trois critères symptomatiques sont essentiels à la reconnaissance d’un trouble autistique : une perturbation de la sociabilisation ou de la relation sociale ; des anomalies qualitatives de la communication ; des problèmes d’adaptation au quotidien et des intérêts restreints.

On retrouve généralement trois grandes familles de troubles du spectre autistique :

Troubles neurologiques acquis

Les troubles neurologiques acquis sont des perturbations du développement cérébral « acquises » durant la vie du patient. Le cerveau du patient se développait et fonctionnait normalement jusque là.

Ils peuvent être de plusieurs origines telles que, entre autres, :

Maladies neurodégénératives

Les maladies neurodégénératives sont des maladies neurologiques chroniques, à évolution lente et constante. Elles provoquent des gênes fonctionnelles au quotidien, ne faisant qu’accroître avec le temps.

En voici quelques exemples, entre autres :

Haut Potentiel Intellectuel (ou HPI)

On parle de haut potentiel intellectuel (HPI) chez l’enfant et l’adulte.

Une évaluation psychométrique (proposée avec la WPPSI IV pour les jeunes enfants, la WISC-V pour les enfants et adolescents ou la WAIS-IV pour les adultes) est essentiel afin d’évaluer et de reconnaître la présence d’un HPI.

Généralement, ce sont des patients :

Texte rédigé par Aurélie Grellier